Trouver un système de trading réellement efficace

Cours d'Intelligence Artificielle

Subreddit de support et de suivi du cours d'Intelligence Artificielle 2016
[link]

CRÉER TA MACHINE DE TRADING AUTOMATIQUE !

CRÉER TA MACHINE DE TRADING AUTOMATIQUE !
CRÉER TA MACHINE DE TRADING AUTOMATIQUE ! Formation permettant de mettre en place un système de trading automatique chez le client en suivant les ordres de traders professionnels + option VIP aide à l'installation + accès au club privé
https://preview.redd.it/ijnvhml9qg931.png?width=633&format=png&auto=webp&s=223f3022b8ff2d1b0640c606f06a0c100edf40b1
>> Cliquez ici pour en savoir plus
submitted by gassem48 to u/gassem48 [link] [comments]

Do your part ( a step by step guide )

Quoting user IronNoggin over @ outdoorsmenforum.ca all credit for steps 2-6 goes to him!
original post
A french version of this guide will be put together in the days to come, if anyone that is bilingual wants to pitch in, send me a message, please. I would appreciate it.
Time to start rolling hard on this folks.

ENGLISH VERSION

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 1:

Sign the e-2574 and e-2576. Sponsored by The Honourable Michelle Rempel Garner) (Conservative) and Todd Doherty (Conservative)

Petition to the Prime Minister

Whereas:
We, the undersigned, citizens of Canada, call upon the Prime Minister to immediately scrap his government’s May 1, 2020, Order in Council decision related to confiscating legally owned firearms and instead pass legislation that will target criminals, stop the smuggling of firearms into Canada, go after those who illegally acquire firearms, and apologize to legal firearms owners in Canada.

------------------------------------------

Petition to the Government of Canada

Whereas:
We, the undersigned, citizens of Canada, call upon the Government of Canada to immediately repeal the Order in Council issued May 1, 2020.

DO NOT FORGET TO CONFIRM YOUR IDENTITY BY EMAIL AFTER SIGNING OR YOUR SIGNATURE WILL NOT COUNT

It may take up to a few hours to receive said email. The system is overloaded currently.
https://petitions.ourcommons.ca/en/Petition/Details?Petition=e-2574
https://petitions.ourcommons.ca/en/Petition/Details?Petition=e-2576

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 2:

I fired off the following letter this morning, and am now posting it on several forums so that others can copy it and send to our Governor General over their own name:
May 4, 2020

An Open Letter to Her Excellency Julie Payette the Governor General of Canada
First I would like to take this opportunity to congratulate you for your performance in your role as the Governor General of Canada. Your professionalism is both steadfast and admirable.

To the point of this letter:

On May 1, 2020, Justin Trudeau and the Liberal Party of Canada, collectively constituting a minority government in Canada, intentionally set out to subvert and thwart parliamentary procedure in Canada. In their haste to make political points on the recent tragedy in Nova Scotia, they decided to forgo debate in the House over one of the more significant pieces of Legislation they have introduced in their new term. This action was and is an obvious misuse of the Order In Council process on the part of a government uncertain if their proposed Legislation would survive open parliamentary debate.

Fortunately in Canada there exists a “Safety Net” designed explicitly to prevent such forms of abuse, and that safety net resides within you and your office. As relating to this matter, the Criminal Code of Canada specifically states:

Criminal Code Version of section 117.15 from 2015-06-18 to 2020-04-21: Regulations

117.15 (1) Subject to subsection (2), the Governor in Council may make regulations prescribing anything that by this Part is to be or may be prescribed. 
Marginal note: Restriction

(2) In making regulations, the Governor in Council may not prescribe anything to be a prohibited firearm, a restricted firearm, a prohibited weapon, a restricted weapon, a prohibited device or prohibited ammunition if, in the opinion of the Governor in Council, the thing to be prescribed is reasonable for use in Canada for hunting or sporting purposes.

Justice Minister David Lametti himself provided evidence of support for these firearms’ application for hunting purposes when he stated: “There will be an exception for Indigenous people’s exercising a section 35 hunting right, as well as those who use the weapon for hunting to feed themselves or their family,”.

Many of the listed firearms have been used both historically and at present for hunting. Classic examples include the Ruger Ranch Rifle (a common item on many farms and ranches for both hunting and predator control) and the majority of bolt action rifles the proposed list encompasses.

The balance of the firearms on the list are currently employed for shooting sports – target shooting and competitive shooting sports. All of those which were previously classed as “Restricted” were only made available for individual ownership for the specifically noted qualification of sporting purpose use.
There is clear and compelling evidence that many firearms on this poorly designed list meet the criteria of “Reasonable use in Canada for hunting or sporting purposes”.

While exemptions to the citation above exist, they are based upon insubstantial change or urgency:

Exception — minor changes

(2) A regulation made under section 117 may be made without being laid before either House of Parliament if the federal Minister is of the opinion that the changes made by the regulation to an existing regulation are so immaterial or insubstantial that section 118 should not be applicable in the circumstances.
Marginal note: Exception — urgency

(3) A regulation made under paragraph 117(i), (l), (m), (n), (o), (q), (s) or (t) may be made without being laid before either House of Parliament if the federal Minister is of the opinion that the making of the regulation is so urgent that section 118 should not be applicable in the circumstances
No-one in Canada is suggesting that the proposed Legislation is “so immaterial or insubstantial” that the OIC was necessary or should be passed forthwith.

The very design of the Legislation itself precludes any overwhelming “urgency” in that owners are automatically granted a two-year amnesty, and that provisions for “grandfathering” (which will allow owners to retain these items for life) are incorporated. The only urgency relating to this matter is centered on the behavior of Justin Trudeau and the Liberal Party in their headlong rush to capitalize on the tragic happenings in Nova Scotia recently. There exists NO “clear and present danger” from the most vetted citizens this country has at this point.

Those exemptions are the only two allowed by the Canadian Criminal Code. The Legislation as presented clearly does not qualify with either definition.
I thereby call on you, as Governor-General of Canada to deny the Order In Council as presented as prescribed in the Canadian Criminal Code Section 117.15 (2). I strongly urge you to preserve the integrity and sanctity of your Office that passing this wrongfully decreed OIC would corrupt.

I would appreciate the courtesy of a written response at your convenience.

A Very Concerned Citizen,

Email: [[email protected]](mailto:[email protected])
Address:
Her Excellency Julie Payette the Governor-General of Canada Rideau Hall 1 Sussex Drive Ottawa, ON K1A 0A1


-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 3:

By exempting "aboriginal people" in Canada, Trudeau committed a violation of the The Canadian Human Rights Act.
Any who are not of that description are being openly discriminated against based on race by your own government.
Here’s the step by step process to file an action with the Canadian Human Rights Commission: File the complaint here
Put your own words in or alter theirs to suit your situation.
First Step (Make a Complaint)
  1. I was harassed
  2. Did this happen on reserve? No.
  3. Who were you dealing with? Government of Canada
  4. Why do you think this happened? My race and My National or Ethnic Origin
  5. Where did it happen? Your province or residence
Next Step (File a Complaint)
  1. Who did this happen to? Me
  2. I am a: Canadian Citizen or Permanent Resident
  3. Where did this happen: Canada
  4. City: Your city of residence
  5. Province: Your province of residence
  6. Who were you dealing with? Government of Canada
  7. Name of business, organization or association:Justin TrudeauLiberal Party of Canada
  8. Is it ongoing? Yes
  9. When did it start? 2020-05-01
  10. Click on Next Page
  11. What happened? (Discriminatory acts):I did not receive a serviceI was harassedOthers
  12. Why do you think this happened?My raceMy national or ethnic origin
  13. Next page
  14. Tell us your story:On May 1, 2020, Justin Trudeau issued an immediate and blanket ban on 1,500 weapons. He further stated that the banned weapons were not used for hunting. Following the announcement, Justice Minister David Lametti stated: “There will be an exception for Indigenous people’s exercising a section 35 hunting right, as well as those who use the weapon for hunting to feed themselves or their family. They may continue using firearms that were previously non-restricted for these purposes until a suitable replacement can be acquired.” Allowing "First Nations" in Canada to use 1,500 weapons banned for other Canadians who are not "First Nations" unduly discriminate me as a white Canadian of European ancestry, based on my race, as well as national and ethnic origin.
  15. Next page
  16. Contact Information: Enter your actual contact information
  17. Next page
  18. Do you have legal representation? No
  19. Are you a member of a trade union? No
  20. Next page
  21. Agreements: Click on everything
  22. Submit

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 4:

For those who are on Facebook - Join the newly created CCFR Action Group and Get Involved!!
CCFR Action Facebook Group

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 5:

For those of us in BC: Regardless of your thoughts / position regarding the BCWF, they have provided a platform to voice your opposition to the draconian moves by Trudeau et al. Take advantage of that!
BCWF - YOUR FIREARMS RIGHTS

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 6:

Every revocation of registration must be accompanied by instructions on how to appeal. It's called a Section 74 appeal. Every individual filing and proceeding will tie them up for years. File individually for each affected firearm you own & make it as painful as possible for them on their end.
Canadian Laws Website
NFA - What to do

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 7:

Contact all concerned MP's about this issue. Voice your disopinion, your intentions to vote, and your potential monetary pledges. Please take the time to customize your messages with a few personal words.

Dear Glen Motz, MP.
Today, I am writing to you as a concerned Canadian (a Quebecer at that). What the minority liberal government has done is unacceptable and undemocratic.
As you are probably well aware of, on May 1, 2020, Justin Trudeau and the Liberal Party of Canada, collectively constituting a minority government in Canada, intentionally set out to subvert and thwart parliamentary procedure in Canada. In their haste to make political points on the recent tragedy in Nova Scotia, they decided to forgo debate in the House over one of the more significant pieces of would-be Legislation (now regulation) they have introduced in their new term. This action was and is an obvious misuse of the Order In Council process on the part of a government uncertain if their proposed Legislation would survive open parliamentary debate.
I thereby call on you, as a member of parliament of Canada to deny the Order In Council as presented as prescribed in the Canadian Criminal Code Section 117.15 (2). I strongly urge you to preserve the integrity and sanctity of our country that passing this wrongfully decreed OIC would corrupt.
I am personally willing to dedicate monetary resources to entities that will be fighting this anti-democratic Order in Council. This issue will be a deciding factor in my voting intentions for the next federal election.
I would appreciate the courtesy of a written response at your convenience.
A Very Concerned Citizen,

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 8:

For those of us who can afford it. We need to financially support our advocacy groups & political parties who will be at the forefront of this entire debacle.
Conservative Party of Canada (No other party has voiced opposition. As of right now they are our only political voice on this matter)
The CCFR
CSAAA
CSSA-CILA
NFA

VERSION EN FRANÇAIS

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 1:

Signez les pétitions suivantes: e-2574 et e-2576. Parrainé par l'honorable Michelle Rempel Garner) (conservateur) et Todd Doherty (conservateur)

Pétition au premier ministre

Attendu que :
Nous, soussignés, citoyens du Canada, prions le premier ministre d’abolir immédiatement le décret pris le 1er mai 2020 par son gouvernement sur la confiscation d’armes à feu détenues légalement, d’adopter plutôt des mesures législatives qui visent les criminels, de mettre un terme à l’introduction clandestine d’armes à feu au Canada, de sévir contre ceux qui acquièrent des armes à feu de manière illégale, et de présenter ses excuses aux propriétaires légitimes d’armes à feu au Canada.

----------------------------------------------

Pétition au gouvernement du Canada

Attendu que :
Nous, soussignés, citoyens du Canada, prions le gouvernement du Canada d’abroger immédiatement le décret publié le 1er mai 2020.

N'OUBLIEZ PAS DE CONFIRMER VOTRE IDENTITÉ PAR COURRIEL APRÈS SIGNATURE OU VOTRE SIGNATURE NE COMPTERA PAS

La réception du e-mail peut prendre jusqu'à quelques heures. Le système est actuellement surchargé.
https://petitions.noscommunes.ca/fPetition/Details?Petition=e-2574
https://petitions.noscommunes.ca/fPetition/Details?Petition=e-2576

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 2:

**En cours**

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 3:

**En cours**

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 4: Pour ceux qui sont sur Facebook - Rejoignez le groupe d'action CCFR nouvellement créé et impliquez-vous !!
CCFR Action Facebook Group

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 5:

Indépendamment de vos pensées / position concernant la BCWF (BC), ils ont fourni une plate-forme pour exprimer votre opposition aux mouvements draconiens de Trudeau. Profitez-en! BCWF - YOUR FIREARMS RIGHTS

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 6:

Toute révocation d'enregistrement d'arme doit être accompagnée d'instructions sur comment faire apple à la court. Cela s'appelle un appel en vertu de l'article 74. Chaque dossier et procédure individuels devra être lu et cela les occuperas pendant des années. Classez individuellement chaque arme à feu affectée que vous possédez et rendez-la aussi douloureuse que possible pour eux.
Loi sur les armes à feu
NFA - CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR ET FAIRE!

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 7:

Contactez tous les députés concernés à ce sujet. Exprimez votre désopinion, vos intentions de voter et vos promesses monétaires potentielles. Veuillez prendre le temps de personnaliser vos messages avec quelques mots. Cher député,
Aujourd'hui, je vous écris en tant que Canadien concerné.
Ce que le gouvernement libéral minoritaire a fait est inacceptable et antidémocratique.
Comme vous le savez sans doute bien, le 1er mai 2020, Justin Trudeau et le Parti libéral du Canada, constituant collectivement un gouvernement minoritaire au Canada, ont intentionnellement voulu renverser et contrecarrer la procédure parlementaire au Canada. Dans leur hâte de faire des remarques politiques sur la récente tragédie en Nouvelle-Écosse, ils ont décidé de renoncer au débat à la Chambre sur l'un des plus importants projets de loi (maintenant règlement) qu'ils ont présentés au cours de leur nouveau mandat. Cette action était et est une utilisation abusive évidente du processus de décret par un gouvernement qui ne savait pas si son projet de loi survivrait au débat parlementaire ouvert.
Je vous invite donc, en tant que député du Canada, à refuser le décret en conseil tel que prescrit par le paragraphe 117.15 (2) du Code criminel canadien. Je vous exhorte fortement à préserver l'intégrité et le caractère sacré de notre pays que l'adoption de ce décret salirait.
Je suis personnellement prêt à consacrer des ressources monétaires aux entités qui lutteront contre ce décret antidémocratique. Ce sujet sera un facteur décisif dans mes intentions de vote pour les prochaines élections fédérales.
J'apprécierais la courtoisie d'une réponse écrite à votre convenance.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 8:

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour ceux d'entre nous qui peuvent se le permettre. Nous devons soutenir financièrement nos groupes de défense et nos partis politiques qui seront à l'avant-garde de toute ce fiasco.
Parti conservateur du Canada (Aucun autre parti n'a exprimé d'opposition. À l'heure actuelle, ils sont notre seule voix politique à ce sujet)
CCFR
NFA
CSAAA
CSSA-CILA
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
EDIT: Holy $%?#! Thank you so much for the awards. You guys are awesome. LETS BEAT THIS THING!
submitted by sempifi to canadaguns [link] [comments]

PEA / AV / CT : Automatic Swing Trading

Bonjour à tous,

Ingénieur de profession, je m'amuse à construire un système de backtesting de stratégie d'investissement sur le SBF120. Ayant déjà un travail, je m'oriente vers du Swing Trading sur des graphes 1D., avec la construction d'un bot automatique basé sur les indices et l'analyse technique.

Les tests sur les archives de ces 10 dernières années sont amusantes, mais pas très concluante, car souvent dans le rouge. Jusqu'au moment où je me rend compte qu'en réalité, sur 10 ans, pour une mise de départ de 10k, je paierai 7k de frais à ma banque. J'ai en effet demandé à mon bot de prendre les frais de mon PEA chez Boursorama (2€ par ordre par exemple).
Là où un compte titre (Derigo par exemple), réduirait mes frais vers 400€, pour un profil (théorique) de 17k sur 10 ans pour ma dernière stratégie en date.

Mon dilemme : Selon vous, dois-je réfléchir à ouvrir un compte titre pour jouer dessus, faire plus de gains et ne pas profiter des avantages fiscaux, ou est-il plus intéressant de rester sur le PEA en gestion libre, réduisant les plus-values ?
Objectif : Verser 500€ dessus mensuellement pour ajouter une nouvelle ligne d'action, revendu quelques semaines/mois plus tard.
submitted by GuildiasD to vosfinances [link] [comments]

Qu'est-ce que Kryll (KRL) et sa plateforme de trading automatisée ?

Qu'est-ce que Kryll (KRL) et sa plateforme de trading automatisée ?
https://preview.redd.it/adwdqcchfkt41.jpg?width=1600&format=pjpg&auto=webp&s=41f330046431291e7c9e72d274788cc6d43c9717
Kryll est une plateforme française permettant aux utilisateurs de créer leurs propres stratégies de trading automatiques, leurs propres robots de trading, ou de suivre des robots de trading, parmis plus de 130 disponibles, le tout avec très peu de frais !
Pas besoin d’avoir des connaissances en informatique ni en code, le système de bloc et drag and drop vous permettra de créer votre stratégie très simplement, avec de nombreux blocs, avec beaucoup de fonctionnalités, d’indicateurs, de conditions vous n’aurez plus qu’à les relier et tester vos stratégies grâce aux backtests totalement gratuit !

https://preview.redd.it/kh43vuwlfkt41.jpg?width=900&format=pjpg&auto=webp&s=a6c71b4ec20bc3b5a82393d74cce6175f1c4f979
L’utilisation de la plateforme est gratuite, elle ne prendra que des frais sur vos stratégies, 1% du montant que vous avez alloué à la stratégie par mois, et jusqu’à 2% par mois si vous utilisez une stratégie du marketplace les créateurs de stratégies peuvent eux aussi prendre 1%/mois, cela est indiqué en passant sa souris sur les petits logo Kryll, 100%, c’est 100% de 1% par mois !
Exemple: si vous démarrez une stratégie avec 100 $, Kryll vous fera payer 1$ par mois.
Le paiement s’effectue automatiquement et en KRL, le token de la plateforme. Vous pouvez les acheter par carte de crédit directement sur leur site ou en échange de crypto-monnaies sur l’exchange Liquid ou encore d’autres ! Vous devez disposer de 50 KRL minimum pour lancer une stratégie, ce qui équivaut à 2€, c’est le carburant de vos stratégies.
Vous allez maintenant me demander, oui c’est bien beau, mais je n’ai pas assez de connaissances en trading pour créer une stratégie, comment faire ?
Pas de soucis vous pouvez utiliser la stratégie des autres utilisateurs, approuvée par le staff, et tester de nombreuses fois, en direct, comme dans passé grâce aux backtests, disponible gratuitement sur le site. C’est ce que la plus part des utilisateurs font et ce que je fais personnellement, cela génère un vrai revenu passif. Vous pouvez lancer autant de stratégies que vous le voulez, c’est d’ailleurs recommandés pour diversifier vos investissement. Certaine stratégie permettent d’accumuler du BTC, d’autres du BNB, de l’ETH… Plus de 130 sont disponibles avec des mis à jour régulière pour la plus part, de même les éditeurs de stratégies, sont quasiment tous très actifs sur telegram pour vous répondre !
Les créateurs peuvent également prendre des frais sur votre stratégie jusqu’à 1% par mois supplémentaires comme expliqué plus haut !
Certaines stratégies battent des records de rendement chaque mois n’hésitez pas à aller consulter la plateforme, et si vous voulez investir, passer par le lien ci-dessous vous permettant d’obtenir 30% de réduction sur les dépenses pour vos 2 premières semaines d’utilisation !
Lien vers la plateforme : https://kryll.io/ (vous disposerez de 30% de réduction sur les frais pendant 2 semaines !)
Bon gains à tous !
submitted by zelacty to BitcoinFrance [link] [comments]

Introduction à la monnaie au XXIème siècle dans les pays développés

Introduction à la monnaie au XXIème siècle dans les pays développés
Bonjour à tous et à toutes, je fais ce post dans le but de faire découvrir aux personnes intéressées le fonctionnement de la monnaie aujourd’hui. Je n’irai pas dans de trop grands détails et j’omettrai des informations. Si vous voyez des erreurs ou des inexactitudes, ou bien si vous avez des questions n’hésitez pas.
Je commencerai par donner les éléments pour comprendre le cadre dans lequel s’inscrit la monnaie, ses formes, les acteurs qui influent dessus et finalement comment s’agence le système.
1 – La macroéconomie, le PIB et l'inflation
Traditionnellement la macroéconomie d’un pays donné est pensée comme étant structurée autour de deux marchés, le marché de biens et de services et le marché monétaire, auquel on ajoute parfois le marché des changes qui permet de faire le lien avec le monde extérieur. Les biens et services, dont la taille est mesurée par le Produit Intérieur Brut – noté Y, estime la valeur des biens et services finaux produits durant une période sur le territoire du pays. Cela peut être fait en faisant la somme des estimations des dépenses en biens et services finaux de tous les acteurs de l’économie, en l’ajustant pour les importations. Les participants de ce marché sont :
Les ménages, qui consomment (C)
Les entreprises, qui investissent (I) - leur consommation de produits intermédiaires n’est pas prise en compte car ce ne sont pas des produits finaux
Le gouvernement, qui consomme (G) - gouvernement central et gouvernements régionaux/locaux
Le monde extérieur qui achète nos exportations (X) et nous vend nos importations (M)
On a la plus connue des équations macroéconomiques Y = C + I + G + (X - M)(X - M) est la balance commerciale du pays. Le schéma suivant illustre l’idée. Plus le marché de biens et de services grandit, plus il y a besoin de monnaie pour effectuer les transactions qui le forment. On parle de récession quand le PIB décroît sur une période de 6 mois ou plus.

Y = C + I + G + (X -M)
La façon la plus intuitive – mais forcément simplifiée – de justifier le besoin de faire fluctuer la quantité de monnaie en circulation est la suivante. Si le nombre de transactions s’accroît mais qu’il y a une quantité fixe de monnaie, il va commencer à en manquer pour effectuer les paiements, ce qui va d’une part accroître la valeur relative de la monnaie et d’autre part inciter ceux qui en possèdent à moins en dépenser comme sa valeur relative est en augmentation, ce qui ralentirait artificiellement la croissance du marché et le rendrait plus difficile à contrôler. Inversement, s’il y a trop de monnaie en circulation par rapport aux échanges, la monnaie perdra de la valeur relative jusqu’à ce que les participants cessent d’y faire confiance. Le gain de valeur relatif de la monnaie – baisse générale des prix – est appelé déflation et la perte relative de valeur – hausse générale des prix – est appelée inflation. Quand on parle de valeurs nominales en économie, on veut dire sans ajustement par rapport à l’inflation, puis quand on parle de valeur réelle on entend avec un ajustement à l’inflation par rapport au niveau des prix d’une époque antérieure ou ultérieure.
2 – La valeur de la monnaie
La théorie moderne pour expliquer la confiance que l’on a en la monnaie est le chartalisme. D’après elle, l’impôt est le fondement de la valeur d’une monnaie. C’est le fait que l’État collecte la monnaie en tant qu’impôt et s’en sert pour effectuer ses dépenses qui fait qu’on a confiance en elle, qu’on accepte les pièces et les billets pour la valeur inscrite sur eux.
Cela justifie en partie le système monétaire international actuel avec la libre fluctuation des monnaies (changes flottants), qui dépend principalement de l'état relatif des économies qui les utilisent. Plus l’économie centrée autour d’une monnaie se renforce par rapport aux autres (système judiciaire et monétaire indépendants, moins de corruption, plus d’infrastructures, plus de capacité de production, plus d’échanges), plus la crédibilité de cette monnaie s’accroît et donc sa valeur relative s’apprécie par rapport aux autres monnaies, ce que le taux de change mesure. Posséder une monnaie n’est plus équivalent à posséder de l’or ou de l’argent, c’est comme parier sur l’économie qui l’utilise. Il est à noter que cela est fortement lié à la notion de confiance et que la psyché des acteurs des marchés financiers compte énormément dans la question monétaire. La crédibilité des propos et la philosophie des hommes et femmes politiques (ministres, directeurs de banque centrale) est constamment jugée par les financiers dans l’évaluation d’une monnaie.
3 – Les formes de monnaie
L’argent en circulation est classé en plusieurs catégories. Je cite vite fait certains concepts que j’expliquerai plus tard, ne craignez rien si vous ne comprenez pas un terme.
B : La quantité monnaie fiduciaire émise par la banque centrale. Il s’agit des pièces et des billets de banque en circulation.
RO : Réserves obligatoires, la quantité d’argent liquide que doivent déposer les banques à la banque centrale. Les banques ont l’obligation de déposer en liquide à la banque centrale un pourcentage de l’argent déposé par leurs clients. On parle de l’argent déposé pour une durée de moins de deux ans (comptes courants, livret A, etc…). Dans la plupart des pays, ce pourcentage, qu’on appelle taux des réserves obligatoires, est d’environ 10% des dépôts bancaires, mais est depuis 2016 de 0% dans l’eurozone, pour des raisons que j’expliquerai.
M0 : Base monétaire, égale à B + RO, c’est aussi ce qui constitue la grande partie du passif (de la dette) de la banque centrale. Les billets de banque sont une sorte créance à durée indéterminée que l’on accorde à la banque centrale, un peu comme une action. En ayant confiance en la monnaie fiduciaire on entretien sa valeur.
M1 : La quantité d’argent dans les comptes courants des particuliers et des entreprises + M0
M2 : Les dépôts à terme de moins de 2 ans et les dépôts remboursables en moins de 3 mois (livret jeune, LDD, livret A etc…) + M1
M3 : Les instruments financiers monétaires sur le marché monétaire + M2. Ce sont principalement des OPVCM monétaires, c’est-à-dire des fonds qui suivent des indices monétaires comme le Libor et l’Euribor, qui achètent et revendent des créances court-terme.
M4 : Les bons du trésor et les billets de trésorerie des entreprises en bonne santé + M3. Les bons du trésor sont les créances cour-terme de l’État et les billets de trésorerie celles des entreprises. Ce sont des créances qui à la différence d’un découvert bancaire ou d’un prêt classique peuvent être vendues par les créanciers sur le marché monétaire et changer de bénéficiaire. A noter que M4 est parfois confondu avec M3 ou exclu.

M1, M2 et M3 dans l'eurozone entre 1998 et 2012
Tout cela est considéré comme de la monnaie, car il est très facile et relativement peu coûteux de passer d’une forme à l’autre. La facilité avec laquelle on peut faire cela s’appelle la « liquidité ». Quand on dit qu’un actif est liquide cela veut dire qu’on peut rapidement et avec des frais minimaux l’échanger contre de la monnaie. Un des rôles du marché monétaire est d’assurer la liquidité de ces formes de monnaie de telle sorte à ce que ses utilisateurs aient confiance en elle. Par exemple, si du jour au lendemain cela vous coûterait cher de tirer de l’argent de votre compte en banque, vous hésiteriez à y déposer votre argent à l’avenir et préféreriez tout payer et recevoir en monnaie fiduciaire, ce qui serait très problématique pour le système bancaire. Par la suite court-terme désignera une période inférieure à deux ans.
4 – La création de monnaie
Le marché monétaire a une particularité assez spéciale. C’est un marché où l’offre crée sa propre demande. Voici une explication simplifiée de la création de monnaie, sans introduire de banque centrale ou la notion d’intérêt, que nous verrons après.
Imaginons qu’on a deux entreprises, A et B qui sont chez la banque D et l’entreprise C qui est à la banque E. L’entreprise B a un compte courant chez D où elle a déposé 100. Autrement dit, la banque D doit 100 à l’entreprise B. Il y a 100 en circulation dans ce système, qui se trouvent dans le compte courant de B.

Bilans des entreprises et des banques fictives avant l'emprunt
Maintenant imaginons que l’entreprise A veuille acheter une machine qui vaut 100 à l’entreprise C mais n’a pas d’argent pour le faire. Elle va voir sa banque, D, pour lui emprunter 100. Elle achète donc sa machine à crédit à C qui s’empresse de le déposer dans son compte courant à la banque E.

Bilans des entreprises et des banques fictives près l'emprunt
Nous nous retrouvons avec 200 en circulation, 100 dans le compte courant de B et 100 dans le compte courant de C. Dès que A devra rembourser son crédit, son compte courant s’annulera avec sa dette, ce faisant détruisant les 100 de créés par sa banque.
Le secteur bancaire peut créer virtuellement une quantité infinie d’argent en accordant des crédits, tant que l’argent se retrouve dans ses coffres in fine. L’élément clef qui le restreint est le coût de la monnaie, que nous verrons. On mesure cette monnaie créée par les banques en comparant la dette des particuliers et des entreprises au PIB Elle atteint plus de 250% du PIB en France en 2017.

Dette privée (ménages + entreprises) en France
5 – Les éléments du marché monétaire
Les ménages, les entreprises et le gouvernement qui ont un surplus de monnaie et qui le placent dans une des formes de monnaie susmentionnées participent à ce marché en tant que créanciers. Ceux qui l’empruntent (découvert bancaire, chèque, billet de trésorerie…) en sont les débiteurs. On les appelle les créanciers et les débiteurs ultimes, même si parfois l’argent passe entre une dizaine de personnes entretemps. Voici un schéma qui tente de représenter les différents marchés de dette et d'actions pour pouvoir se les situer.

Marchés de dette et d'actions
Les créanciers ont 4 motivations principales pour y participer.
1) Pouvoir effectuer des transactions (il est parfois plus simple de payer avec une carte qu’en liquide)
2) Avoir un fond de sécurité facilement accessible par précaution
3) Investir leur surplus dans un produit relativement sûr (exemple : livret A)
4) Spéculer
Pour simplifier grandement les choses (et les définitions changent selon les auteurs), il y a 4 types de banques qui interviennent dans les marchés financiers.
Les banques d’investissement ne sont présentes que sur les marchés de capitaux et n’interviennent pas dans le marché monétaire. Elles font de la fusion-acquisition, fournissent de la liquidité sur les marchés de capitaux, font du courtage, et s’occupent du financement des entreprises non-financières en général.
Les banques de détail ont pour client les particuliers qui déposent leur argent chez elles et leur fournissent des moyens de paiement, des prêt court et long terme, sont des acteurs du marché monétaire. Les banques privées qui font de la gestion d’actifs sont un peu à cheval entre marché monétaire et marchés de capitaux.
Les banques commerciales s’occupent seulement du marché monétaire et ont pour clients des entreprises non-financières et d’autres banques, elles fournissent des prêts court-terme et son les principaux acteurs de la création monétaire. Ce sont elles qui font que la monnaie sous toutes ses formes soit liquide, transmettent les taux décidés par la banque centrale et sont fortement régulées par icelle pour ces raisons. Elles se prêtent de l’argent entre elles aux « taux interbancaires » dans le marché interbancaire. Dans la zone euro ce taux est mesuré (en faisant une moyenne pondérée des taux de quelques banques commerciales) par l’indice Euribor (Libor au RU pour la livre), qui fluctue étroitement autour des taux directeurs de la banque centrale. Ici est illustré le taux interbancaire à 3 mois en France.

Taux interbancaire 3 mois en France
La banque centrale a pour mandat principal de tenter de réguler la création monétaire de telle sorte à ce que l’inflation soit constante et faible chaque année. C’est elle qui imprime la monnaie fiduciaire (mais ne décide pas la quantité de monnaie fiduciaire à imprimer ou détruire, c’est uniquement fait en fonction de la demande des autres banques, ce n’est pas cette fonction qui détermine la quantité de monnaie en circulation). Elle a le pouvoir de déterminer les taux directeurs, qui déterminent l’intérêt que doivent payer ou recevoir les banques commerciales qui veulent lui emprunter ou lui prêter de l’argent. Ils sont au nombre de 3 dans l’eurozone.
Le taux de refinancement est le taux auquel empruntent les banques à la BCE pour une semaine.
Le taux de facilité marginale est le taux auquel empruntent les banques commerciales à la BCE pour une journée (c’est un peu en cas de besoin d’urgence).
le taux d’intérêt de la facilité de dépôt est le taux auquel les banques commerciales prêtent l’argent à la BCE pour une journée.
La manière dont la BCE applique le taux d’emprunt est grâce à un instrument financier particulier (appelé repo ou pension livrée en français) qui fait de la BCE une sorte prêteur à gage. Les banques commerciales déposent chez elle des bons du trésor ou des billets de trésorerie assez sûrs, la BCE leur donne une somme en-dessous de la valeur de ces titres et les oblige contractuellement à racheter ces titres le lendemain à leur valeur pleine, ce faisant prenant une commission qui agit comme un taux d’intérêt. La BCE fait cela de telle sorte à ce qu’à la fin de la journée, la plupart si ce n’est toutes les banques finissent par déposer leurs liquidités excédentaires chez elle tellement il y en a en surplus. Il y a quelques années la BCE prêtait juste assez de liquidités pour que cela subvienne aux besoins des banques, mais depuis la crise de la zone euro, il y avait des risques que les banques commerciales cessent de se prêter de l’argent entre elles. La BCE a décidé de baisser les réserves obligatoires à 0% pour débloquer l’argent coincé dans ses coffres et leur a prêté beaucoup d’argent en plus pour éviter une telle éventualité, qui sinon aurait pu causer une panique bancaire.
On parle aussi de taux négatifs, il s’agit surtout du taux de dépôt, cela veut dire que sur tout l’argent en surplus déposé tous les soirs par les banques, qui n’ont pu réussir à le prêter à d’autres banques, la BCE prend un pourcentage de cette somme (0,4%). Cela incite les banques à prêter leur surplus, comme elles perdent de l’argent en le gardant sous une forme liquide à la BCE. La BCE fait cela pour atteindre son objectif d'inflation annuel de 2% qui assure le bon fonctionnement de l'économie, mais malgré cela n'y parvient toujours pas. Il y a d’autres éléments importants à prendre en compte dans ce que fait la BCE qui sortent du cadre de ce texte comme le Quantitative Easing. Succinctement, la BCE achète certaines obligations sûres (notamment de la dette souveraine) aux banques commerciales. Ce faisant, la banque centrale fait deux choses, d'une part elle incite les banques commerciales à acheter d'autres types actifs (plus risqués) et d'une autre elle augmente leurs réserves liquides, ce qui automatiquement les incite à prêter davantage d'argent. Ici est illustré le taux de refinancement de la BCE que le taux interbancaire suit de près.

Taux directeur de la BCE
On notera que d'autres acteurs jouent dans ce marché, parmi lesquels les Hedge Funds, les Exchange Traded Funds (ETF), les OPCVM monétaires et les fonds mutuels qui ont parfois besoin de placer leurs liquidités sur le marché monétaire en attendant de les investir ailleurs/les déposer sur un compte courant, ou d'en emprunter quand elles en manquent pour financer leurs opérations quotidiennes.
6 – La courbe des taux
Le marché monétaire a pour rôle de créer ce qu’on appelle la courbe des taux sur le court-terme. Sans rentrer trop dans des éléments techniques, il s’agit des taux auxquels les banques se prêtent de l’argent sans risque pour une courte durée.
Le premier élément du taux est le taux réel pratiqué par la banque centrale, c’est-à-dire le taux directeur corrigé par l’inflation actuelle ou prévue pendant la période.
Le deuxième élément est l’inflation, actuelle ou prévue selon la durée du prêt.
Le troisième élément est la prime de liquidité, c’est-à-dire la prime que demande la banque pour transformer la monnaie qu’elle possède qui est sous une forme liquide, en une créance moins liquide, la banque fait payer par exemple le fait qu’on la prive de cette somme pendant 90 jours. En temps normal, plus la durée du prêt est longue, plus la banque demandera une prime de liquidité élevée, ce qui fait que la courbe des taux court-terme est croissante.
Le taux que vous obtenez en demandant un crédit court-terme à la banque est le taux interbancaire + le taux associé au risque de défaut de votre banque + le taux associé au risque que votre banque estime que vous fassiez défaut. Tous ces taux sont déterminés par l’offre et la demande à la fin des fins. Mais en jouant sur ces taux, la banque centrale tente d’influer sur la quantité de crédits accordés par les banques. Les banques sont là pour faire de l’argent, si les taux augmentent fortement, elles se financeront plus coûteusement, et pour maintenir leur rentabilité elles devront se cantonner à prêter cet argent seulement aux clients capables de leur rapporter plus que ce nouveau taux. Indirectement, elles transmettent les taux de la banque centrale à toute l’économie. Le débat actuel repose sur l’étendue de l’influence de la banque centrale. Les monétaristes (Milton Friedman, orthodoxes, école de Chicago) pensent que la banque centrale est toute puissante sur le marché monétaire et qu’elle seule cause l’inflation et la déflation en choisissant incorrectement ses taux directeurs. Les circuitistes (hétérodoxes post-keynésiens) pensent qu’au contraire, son rôle est assez limité dans ce domaine et que la création monétaire est à la discrétion des banques et du marché.
Quand on parle d’inversion de la courbe des taux, on entend que les taux court-terme (moins de 2 ans) sont plus rémunérateurs que les taux long-terme. Cela se produit lorsque les investisseurs perdent confiance en la viabilité long-terme des autres acteurs du marché. Les taux long-terme sont constitués à travers les taux proposés sur par des instruments financiers qu’on appelle « swaps » (que nous verrons), qui demandent à ce que deux banques commerciales se fassent confiance sur plusieurs années. Si la confiance baisse, moins de banques voudront participer aux contrats swaps, et la demande baissera. En réaction à la baisse de demande, les banques proposeront des taux plus bas pour leurs swaps sur plusieurs années, jusqu’à aller en-dessous des taux court-terme pour trouver une banque partenaire qui accepterait d’en faire un avec elle. Comme les banques commerciales ont pour débiteurs des entreprises non-financières, elles subissent directement les effets macroénomiques. Si leurs débiteurs non-financiers font faillite, par exemple en cas de récession, elles verront leurs réserves fondre et peuvent elles-mêmes faire défaut à leurs engagements. La courbe des taux est donc un indicateur parmi d’autres de la confiance des marchés financiers en la capacité des banques à tenir leurs engagements futurs.
7 – Les marchés primaires, secondaires et à terme
On va compléter un peu l’image avec une rapide typologie des marchés monétaires. En premier lieu on a le marché primaire qui est tout simplement le marché qui fait rencontrer les débiteurs avec les créanciers. Le marché secondaire a pour rôle d’assurer la liquidité, c’est-à-dire la confiance que l’on a dans les créances court-terme. Il fait cela en permettant aux créanciers de revendre certaines de leurs créances à des tiers et en ajustant le prix de ces créances par rapport au risque que le débiteur fasse défaut et aux changements du marché. Cela permet à une banque qui a besoin de liquidités de revendre ses créances rapidement et de lui éviter de devoir emprunter de l’argent à d’autres banques. Les marchés primaires sont en général en privé, par exemple l’État emprunte de l’argent dans des ventes aux enchères où elle vend des bons du trésor, les particuliers ont du découvert bancaire, signent un crédit-bail etc… cela se fait en dehors des marchés financiers la plupart du temps. Les marchés secondaires où les créances échangeables sont achetées et revendues sont organisés en marchés financiers un peu comme la bourse.
Cette partie est un peu plus difficile. En dernier on a la distinction entre les marchés « spot » et à terme. Le marché spot est le marché classique où un débiteur emprunte de l’argent et le reçoit immédiatement sur son compte. Le marché à terme est différent. Sur ce marché on s’engage dans des contrats spéciaux qui fixent quelques jours ou mois à l’avance le taux d’un emprunt que l’on fera à cette date. Au lieu de recevoir l’argent le jour même, le débiteur l’obtiendra à la date convenue au taux convenu peu importe ce qui se passe entretemps avec le taux interbancaire (sauf si le créancier fait faillite entretemps). C’est une façon de se protéger de la volatilité des marchés. Si vous êtes une banque qui veut prêter de l’argent mais qui n’aura les fonds pour le faire que dans 3 mois et que vous ne voulez pas risquer de recevoir un taux plus bas qu’aujourd’hui dans 3 mois, vous vous engagerez dans ce genre de contrat avec votre débiteur, on appelle ça un future ou un forward (il existe une différence mais on s'en fiche ici). Autre possibilité, vous êtes une banque qui veut réduire son exposition au risque, vous avez de l’argent en surplus mais vous ne voulez pas que son rendement dépende du taux interbancaire qui fluctue chaque jour. Vous pouvez vous mettre d’accord avec une autre banque pour que dans 3 mois par exemple elle vous donne un taux de rendement fixé à l’avance et qu’en retour vous lui donniez le taux interbancaire. On appelle ça un accord à taux futur, vous échangez de taux de rendement avec une autre banque. Le swap, que j'ai mentionné plus tôt, est quand vous décidez de faire plusieurs accords à taux futur avec une autre banque sur plusieurs années, tous les 3 mois par exemple vous échangez vos rendements souhaités. Cela requiert que les deux banques soient solvables sur la durée du contrat, la moyenne des taux fixes décidés entre les banques détermine la courbe des taux à long-terme et explique en quoi la confiance des investisseurs est importante dans la détermination de la courbe des taux. Cependant il s’agit d’un indicateur parmi d’autres et il ne s’agit pas d’en tirer des conclusions hâtives, il arrive que la courbe des taux s’inverse mais qu’aucune récession ne se produise.
En conclusion j'espère que ça vous a plu et si cela vous intéresse je pourra parler davantage de macroéconomie ou de finance. Je peux aborder des sujets comme l'histoire de la monnaie et de la finance, le fonctionnement du marché des changes, que je n'ai pas voulu aborder tant il est complexe, les autres marchés financiers que je n'ai pas cité ou explicité, je suis ouvert aux propositions. Je peux aussi revenir sur ce sujet et parler en détail des théories économiques qui l'entoure. Mes sources sont diverses, j'ai beaucoup dû chercher des précisions sur les sites de la BCE et de la banque de France, j'ai utilisé mes notes de cours de M2 de finance et je me suis inspiré librement de la structure de Money Markets : An Introduction de Alexandre Pierre Faure. Si vous avez des questions je suis bien évidemment disposé à y répondre dans la mesure de mes connaissances. Je suis conscient qu'il s'agit d'un post assez long et j'espère que vous m'en excuserez. Ne faites aucune décision d'investissement à partir de ce que je viens d'écrire, je ne prends pas la responsabilité pour ce que vous faites de votre argent. Je ne suis pas rémunéré pour écrire et publier cela.
submitted by Tryrshaugh to france [link] [comments]

La loi autorise-t-elle l’usage de ces robots dans le trading des crypto ?

Commençons par dire qu’il est tout à fait légal d’utiliser un robot de trading tant que vous ne violez pas les règles et réglementations relatives au trading. En plus, une telle pratique est bénéfique au marché financier car, elle permet une circulation plus fluide des liquidités, ce qui a pour conséquence de booster le trading.
Il faut juste garder à l’esprit que n’importe quelle pratique illégale en temps normal sera bien évidemment illégale aussi en ce qui concerne le commerce des crypto monnaies. Les robots usurpateurs ou pump and dump (illégaux) sont par exemple proscrits.
Sans pour autant les classer, voici quelques crypto-bots parmi les plus appréciés sur le marché. Il y en a qui sont gratuits, que n'importe qui peut utiliser, et des bots d'abonnement coûteux pour les traders professionnels. Cependant, même les crypto-bots de trading les plus populaires varient en qualité, convivialité et rentabilité.

C'est de loin le plus populaire - probablement parce que c'est un bot de trading Bitcoin gratuit.
Logiciel open source, il est conçu pour fonctionner sur la plupart des principaux systèmes d'exploitation, et est constamment amélioré par des développeurs talentueux du monde entier. Ce bot commercial est pris en charge par la plupart des échanges de crypto-devises, notamment Bitstamp, Poloniex et Bitfinex. Facile à utiliser, Gekko est entièrement automatisé et simple. Même les débutants dans l'industrie du bitcoin sauront très bien l’utiliser.

En deux ans d’existence, Gunbot est devenu le meilleur robot de trading bittrex et de crypto-monnaie (bitcoin) en général! Bot commercial, il est livré avec 3 forfaits de prix variables et comporte de nombreuses stratégies intégrées (plus de 36) et fonctionne sur plusieurs plateformes majeures d’échange de crypto-monnaie, notamment Poloniex, Kraken, Bittrex et Cryptopia.

Créé par HaasOnline au début de 2014, c'est un bot commercial qui est pris en charge par de nombreuses plateformes d’échanges Bitcoin, notamment Bitfinex, Poloniex, BTCC, Huobi, Kraken, Gemini et GDAX. Il ne négocie pas seulement Bitcoin, mais aussi en altcoins sur les différentes bourses.

Comme Gekko, il s’agit d’un bot open source (gratuit). Il peut être modifié pour répondre aux préférences de chaque utilisateur. Zenbot utilise l'intelligence artificielle et contrairement à Gekko, il peut exploiter les opportunités d'arbitrage et exécuter les transactions à haute fréquence. Un autre avantage pour ce bot de trading est qu’il peut effectuer plusieurs transactions de crypto-monnaie en même temps.

Basé sur le cloud, c’est de loin l’un des robots de trading Bitcoin les plus populaires doté d’une fonction de stratégie de marché vous permettant d’échanger des stratégies avec d’autres traders. Des modifications algorithmiques simples à faire peuvent être apportées au bot en quelques minutes pour des résultats complets et enrichissants. Bitstamp, BTCC et Coinbase prennent en charge par des échanges Crypto Trader.

Un nouveau venu sur la scène du trading automatique, mais qui est très vite devenu populaire. Le fait qu’il soit basé sur le cloud signifie que le bot continue à trader lorsque l'ordinateur est éteint. Grâce aux signaleurs externes, même les traders inexpérimentés peuvent facilement l’utiliser en mode automatique. Il est équipé de plein d’autres fonctionnalités géniales et pratiques. Cryptohopper est aussi le seul bot à offrir un essai gratuit d’un mois, avec la possibilité de souscrire à différents forfaits. Il utilise aussi le trading Bittrex entre autres plateformes.
submitted by bittrexbots to u/bittrexbots [link] [comments]

Traduction en français de l'article Steemit. Partagez francophones !!!

Daneel - La plus puissante INTELLIGENCE ARTIFICIELLE en crypto-monnaie
Le projet Daneel vise à concevoir le premier assistant personnel basé sur l'intelligence artificielle dans l’objectif est d’aider les individus dans leur gestion journalière des crypto-monnaies.
En utilisant la technologie IBM Watson, Daneel fournit des informations fiables en temps réel pour que les investisseurs restent à jour avec les dernières nouvelles dans le monde crypto-monnaie. Sa plateforme fournit aux clients des conseils quotidiens sur leurs investissements ainsi les tendances du marché.
L’application Daneel peut effectuer une analyse du sentiment du marché en déterminant et en capturant les émotions du marché en définissant un score de confiance pour chaque crypto-monnaie.
Daneel tient les utilisateurs au courant de toutes les ICO à venir ainsi que de leur tendance une fois sur le marché.
Daneel vous alertera dès qu'un de vos investissements est en péril.
La plate-forme conviviale dispose d'un module interne à commande vocale qui permettra aux utilisateurs d'obtenir des informations liées à la crypto-monnaie qui répondent à leurs besoins et exigences.
Il fournit également des choix qui peuvent aider les clients à gagner beaucoup de temps, comme passer des ordres sur les échanges grâce à l'API des plates-formes d'échange. Appelez Daneel pour votre ordre et il va le placer pour vous !
Première vidéo sur Daneel! Joseph (CEO-fondateur de Daneel) et Fabien (Global Branding Director) posent des questions à Daneel via un GoogleHome Mini
LIEN Vidéo démonstration : https://www.youtube.com/watch?time_continue=17&v=5erlM_DaWoU
Les tokens DANEEL sont limités à près de 69 millions (69320719 tokens après avoir brûlé et redistribuer les tokens invendus lors de l’ICO) au prix de 0,14 $ (au jour du 9 mai 2018) par jeton avec une capitalisation boursière proche de 4 millions de dollars. C'est un jeton ERC20 et non un titre ni un actif financier. Les jetons seront utilisés pour l'abonnement sur la plateforme Daneel où il y a deux types d'abonnement. Daneel offrira un abonnement gratuit d'un mois qui permettra aux particuliers d'accéder à toutes les fonctionnalités de leur application mobile ainsi qu'à la version web, mais avec un nombre limité de demandes. Les abonnements mensuels, trimestriels et annuels complets permettront aux particuliers d'avoir toutes les fonctionnalités sur la version mobile et sur le Web avec un nombre illimité de demandes, ainsi que le support de l’application.
Daneel sur CoinMarketCap https://coinmarketcap.com/currencies/daneel/
Le jeton DAN a été audité avec succès par CoinMercenary selon l'article ci-dessous: https://medium.com/@daneel_project/dan-token-has-been-successfully-audited-by-coinmercenary-f3cff75192d6
DAN est déjà sur les échanges suivants: HITBTC, IDEX, FORK DELTA, ETHERDELTA, DDEX et bien d'autres sont à venir !
DAN sera notamment coté sur Bancor à partir du 14 mai 2018 et sur la bourse de Hong Kong FUBT.
Les discussions sont en cours avec les plateformes suivantes: Poloniex, KuCoin et Livecoin.
En utilisant l’AI (intelligence artificielle) IBM Watson (numéro de contrat international IBM PartnerWorld: C5C955F4F18F5A56), Daneel fournira aux utilisateurs les fonctionnalités suivantes se référant au livre blanc (whitepaper) du projet:
✔️ Etre toujours informé Rassembler, intégrer et analyser l'information. Le concept d’analyse est au cœur de Daneel. Pour commencer, Daneel recherche, navigue, recueille et analyse différentes sources d'informations disponibles sur différents canaux en ligne : flux d'informations, médias généraux, forums, médias spécialisés et réseaux sociaux. Une fois l'information recueillie, il triera et classera toutes les données pertinentes afin de n'offrir que des informations jugées hautement fiables et pertinentes. Vous verrez alors en temps réel un récapitulatif de toutes les informations nécessaires concernant ; les tarifs actuels de toutes vos crypto-monnaies, les actualités crypto-monnaie triées par thème (technologique, juridique, partenariats, etc...), les différentes «Initial Coin Offering» (ICO) disponibles et leur projet.
✔️ Analyse des émotions du marché
Outre l'analyse et la synthèse d'informations, nous souhaitons permettre à Daneel d'analyser les émotions du marché à l'aide d'une fonction «Indicateur d'émotion sociale». L’intelligence artificielle recueille les messages postés sur les réseaux sociaux et/ou forums puis les analyse et transmet à l'utilisateur les sentiments en ligne prédominants entourant la crypto-monnaie de leur choix. De cette façon, vous pouvez plus facilement détecter un « pump » ou le doute croissant autour d'une crypto-monnaie. Vous pouvez ainsi être à jour pour chaque décision que vous prenez. En outre, vous pouvez également bénéficier d'indicateurs qui identifient les crytpo-monnaies qui sont les plus citées dans les sources d'information et sur les réseaux sociaux, ainsi que celles les plus recherchées sur Google.
✔️ Définir un score de confiance Notre intelligence artificielle utilisera un algorithme spécialement développé pour calculer un « score de confiance » en analysant les taux de change, les événements récents et les émotions perçues des utilisateurs sur les réseaux sociaux. Ce score, établi sur une échelle de 10, reflétera la fiabilité d'une crypto-devise à un moment donné. Cela donnera aux investisseurs une bonne idée du risque associé à un investissement.
✔️ Accès au rapport analytique détaillé de crypto-monnaie
Besoin d'un rapport complet sur une crypto-monnaie ? Historique, données statistiques, graphiques, organisation de l'entreprise, personnel important, événements récents… Retrouvez toutes ces informations dans un seul document généré chaque jour grâce à notre intelligence artificielle.
✔️ Interaction
Interagir avec Daneel grâce à notre service de conversation. Qu'est-ce qui pourrait être un moyen plus facile d'obtenir de l'information que de simplement le demander ? Pour obtenir les analyses de Daneel, il suffit d'exprimer une demande. L'intelligence artificielle recherche l'information la mieux adaptée à votre recherche et les résultats vous sont alors facilement communiqués. Daneel peut également proposer des actions de choix rapides en réponse à certaines demandes afin de vous faire gagner du temps. Basé sur le principe "Machine Learning", le système apprendra en continu : plus il y aura d'utilisateurs qui poseront des questions, plus il sera capable d'affiner ses réponses et ses résultats. C'est là où que l’on peut voir toute la puissance de l'intelligence artificielle Watson d'IBM !
✔️ GESTION DE VOTRE PORTEFEUILLE
Vous serez en mesure de gérer différents comptes à partir des platesformes d'échange compatibles avec l'application Daneel. Ajoutez votre compte via vos clés API, puis suivez la progression de vos investissements en temps réel. Daneel vous accompagne quotidiennement dans la gestion de vos investissements. Vous serez informé immédiatement si vos investissements fluctuent ou si une nouvelle information est susceptible d'avoir un impact sur l'un de vos investissements ! Vous ne voulez pas utiliser les clés API ? Très simple : dites à Daneel le type et la quantité de chaque crypto-monnaie que vous possédez, et il l'enregistrera dans votre profil personnalisé et vous conseillera exactement de la même manière!
✔️ Passer des ordres en un clic
Grâce à l'API des plateformes d'échanges compatibles avec Daneel, vous pourrez passer des ordres d'achat et de vente immédiats. Vous pourrez ainsi réagir rapidement à toute annonce ou événement important que Daneel partage avec vous !
✔️ Apprendre et étudier soi-même
Particulièrement adapté aux utilisateurs débutants, le service « Education » permet de répondre aux principales questions concernant le secteur et la technologie Blockchain. Plusieurs idées et concepts seront expliqués à l'utilisateur chaque jour, et ils seront en mesure de tester et de valider leurs connaissances grâce à des questions à choix multiples.
✔️ Partager
Trading social et interactions sociales :
En plus de l'aide apportée par notre intelligence artificielle, nous souhaitons intégrer une fonctionnalité appelée « trading social », un service qui permet aux utilisateurs d'observer et de suivre les investissements d'investisseurs expérimentés. Grâce à cela, les traders communautaires les plus populaires peuvent recevoir des jetons DAN en échange de leur participation à l'écosystème Daneel. Afin d'accélérer le développement de Daneel et de mener à bien son projet, l'équipe a mis en place des partenariats au cœur de sa stratégie :
Tout ce que vous devez savoir sur le statut juridique de Daneel et son adhésion au programme IBM Partnerworld
https://medium.com/@daneel_project/all-you-need-to-know-about-daneel-legal-status-and-its-ibm-partnerworld-program-membership-fb0fd5052ecf
Daneel Website https://daneel.io/
Daneel Whitepaper https://daneel.io/whitepapeen/daneel-wp-latest.pdf
Rejoignez la communauté Daneel
https://www.facebook.com/daneelproject
https://twitter.com/daneelproject
https://medium.com/@daneel_project
https://t.me/projectdaneel
Liens importants
https://bitcointalk.org/index.php?topic=2376203
Communauté Daneel : BOITE A SUGGESTION
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfKmi6oSeZddinBDWDBnNY23hDK2jnuBJKuAjZyaWaSqJeFmQ/viewform
submitted by Paulo_G to Daneel_Project [link] [comments]

Pour une défense lutte de classe des bagagistes de Roissy ! A bas la campagne sécuritaire raciste du gouvernement ! (2006)

https://archive.is/7785M
Le Bolchévik nº 178 Décembre 2006
Buffet Royal en 2007 : austérité anti-ouvrière et terreur raciste encore une fois au menu
La chasse aux sorcières raciste de l’Etat contre 72 travailleurs, musulmans pour la plupart, à l’aéroport de Roissy, et les conditions de travail intenables imposées aux dizaines de milliers de travailleurs de l’aéroport, en disent long sur les causes de la révolte de la jeunesse des banlieues il y a un an. Cette explosion de rage de jeunes d’origine ouvrière et largement issus de l’immigration maghrébine et africaine, avait été déclenchée par la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré à Clichy-sous-Bois, morts électrocutés alors qu’ils essayaient d’échapper à une rafle raciste de la police. Ces deux jeunes avaient immédiatement été dénoncés par l’Etat comme de soi-disant délinquants et menteurs. Et ça continue : fin novembre la « justice » a annoncé que les flics responsables ne seraient pas poursuivis, et le rapport de l’IGS sur la chasse à l’homme qui avait eu lieu ce jour-là contre Zyed, Bouna, Muhittin et leurs amis, qualifie le comportement des flics comme simplement « d’une légèreté et d’une distraction surprenantes ». Pendant ce temps c’est Muhittin Altun, âgé de 18 ans, le seul survivant, qui est persécuté par la vendetta de l’Etat ; il est passible d’une peine de prison pour avoir soi-disant jeté des pierres contre une voiture de police et pour « participation avec armes à un attroupement ». Nous disons : Il n’y a pas de justice dans les tribunaux capitalistes ! Levée des inculpations contre Muhittin Altun ! Amnistie pour tous les jeunes condamnés suite à la révolte des banlieues ! La classe ouvrière multiethnique de ce pays doit défendre les jeunes de banlieue !
Les travailleurs de Roissy sont recrutés en fait dans les mêmes banlieues du Nord de Paris que celle où Zyed et Bouna ont grandi ; le frère de Bouna, Siyak Traoré, travaille à l’aéroport. Un an plus tard les conditions matérielles qui ont contribué à alimenter cette explosion – manque d’emplois, transports et système de santé défectueux, classes surchargées dans les écoles, répression quotidienne par l’Etat – rien n’a changé. En fait, à la veille des élections de 2007, la guerre contre les jeunes des minorités ethniques, désignés comme le bouc émissaire de tous les maux de la société, se déchaîne de plus en plus ; c’est à qui, de la gauche ou de la droite, battra l’autre sur le terrain de l’« ordre républicain ». Lors de l’occupation policière des cités il y a un an, nous avions dénoncé en particulier le rôle de la gauche pour son soutien à la répression, quand le PCF, le PS et LO avaient tous appelé à « rétablir l’ordre » contre les jeunes de banlieue en pleine révolte. (LO est ensuite revenue en arrière, mais ils ont décrit leur appel simplement comme « une ânerie bien sûr, mais mineure » de leur part – voir notre article sur LO page 7.) Cette trahison, et le refus de la bureaucratie syndicale de mobiliser sa base au côté des jeunes de banlieue, a encouragé l’Etat à poursuivre sa répression raciste. Nous écrivions (le Bolchévik n°174, décembre 2005) :
« L’oppression raciste et la stigmatisation des jeunes des banlieues par la bourgeoisie visent à diviser la classe ouvrière et à l’affaiblir dans son ensemble, à un moment où le gouvernement redouble les attaques et les mesures de répression contre le prolétariat en général. Une attaque contre un est une attaque contre tous ! »
Les 72 bagagistes de l’aéroport de Roissy sont visés aujourd’hui comme des « terroristes » potentiels pour les mêmes raisons – pour essayer de diviser selon des lignes raciales et affaiblir la puissance potentielle des 80 000 travailleurs de l’aéroport. Pas un seul des 72 bagagistes qui se sont vu retirer leur badge n’a jamais été accusé ou condamné pour aucun crime. D’après le sous-préfet Jacques Lebrot, on leur a retiré leur badge (qui donne accès à la zone réservée de l’aéroport où travaillent 60 000 personnes) sur la base qu’ils représentaient un risque potentiel pour les passagers. Il a déclaré qu’ils « sont liés à des mouvances fondamentalistes à visée terroriste » qui rejettent « la France et nos valeurs ». « Pour nous, quelqu’un qui va passer des vacances plusieurs fois au Pakistan, cela nous pose des questions », a déclaré Lebrot (le Monde, 21 octobre) ; Lebrot a retiré son badge à un travailleur qui avait participé avec son père à un voyage organisé Fram, « circuit au pays des maharajas », qui l’avait emmené au Pakistan, en Inde et au Bangladesh. Lebrot n’a pas fourni la moindre preuve pour étayer ses déclarations, et en fait il a exigé que ce soit les bagagistes persécutés qui fournissent la preuve qu’ils ne présentent aucun risque pour les passagers !
Cette attaque n’a rien à voir avec la lutte contre le « terrorisme » (les principaux architectes du terrorisme sont à l’Elysée et dans les ministères), ni avec la « protection » de la population ; mais elle a tout à voir avec l’arsenal croissant à la disposition de l’Etat pour écraser toute opposition et détruire les libertés. Nous nous opposons à la campagne d’« unité nationale » contre le terrorisme qui a pour but de renforcer l’Etat capitaliste raciste français.
Sarkozy a salué la chasse aux sorcières en déclarant : « Moi, je ne peux pas accepter que des gens qui ont une pratique radicale travaillent sur une plateforme aéroportuaire » (le Monde, 21 octobre). Il fait ainsi l’amalgame entre « terroristes » et travailleurs ordinaires qui se défendent ainsi que leurs collègues, et qui se battent pour la sécurité contre les patrons assoiffés de profits sur l’aéroport. Ce n’est pas un hasard que parmi les 72 de Roissy il y a des militants syndicaux qui, face à des conditions de travail qui se détériorent, se syndiquent et revendiquent. Didier Frassin, le secrétaire de l’union locale CGT de Roissy, disait, en parlant de l’intérêt croissant pour les syndicats manifesté par de nombreux jeunes recrutés dans les banlieues voisines : « Leur arrivée a contribué à renouveler le syndicat, qui ne cesse de progresser. Les directions ne s’y attendaient probablement pas. » Un autre délégué CGT chez Air France, Moustafa, ajoutait : « Ils nous ont embauchés, on s’est retrouvés délégués. On dénonce les conditions de travail, on milite, alors ils veulent nous briser en retirant les badges » (l’Humanité, 27 octobre).
Exactement. Ce que craint la bourgeoisie, c’est la force croissante de la classe ouvrière organisée multiethnique de l’aéroport ; c’est cela qui est derrière cette chasse aux sorcières. La bourgeoisie et les travailleurs ont des intérêts fondamentalement opposés et antagoniques. Le capitalisme est basé sur l’exploitation des travailleurs par les capitalistes. Il est impossible de le faire fonctionner dans l’intérêt des travailleurs ; il n’est pas réformable. Les groupes, comme LO, la LCR, le PCF, qui offrent des recettes sur comment mieux administrer le capitalisme, le rendre plus démocratique, plus social, etc., répandent le même mensonge que Jean Jaurès il y a 100 ans. Aujourd’hui comme alors, cela ne sert qu’à lier la classe ouvrière au système capitaliste de profit basé sur l’esclavage salarié et l’oppression raciste. Nous luttons pour mobiliser la classe ouvrière, indépendamment de l’ennemi de classe, des organes de celui-ci et de ses partis, pour balayer le système capitaliste par une révolution socialiste. Elle brisera et détruira l’Etat capitaliste et établira à la place un Etat ouvrier basé sur une économie collectivisée et planifiée suivant les besoins. Dans ce but, nous luttons pour construire un parti comme le parti bolchévique, pour pouvoir diriger les travailleurs à la victoire. A bas la chasse aux sorcières raciste ! Il faut mobiliser la classe ouvrière en défense des 72 de Roissy ! Pour leur réintégration immédiate dans leur poste de travail !
Vigipirate vise les travailleurs et les minorités
L’attaque contre les 72 bagagistes n’est que la dernière en date d’une longue liste à Roissy. Depuis 2004, d’après la CFDT, 3 585 travailleurs se sont vu retirer leur badge, ce qui veut dire presque automatiquement la perte de leur emploi. Le but de ces attaques, c’est de garder ces travailleurs, qui représentent la plus importante concentration de travailleurs de toute couleur de peau dans ce pays, fermement à la merci des patrons, en leur inculquant la crainte que quiconque résiste sera le prochain licencié. Il y a un an Lebrot avait agité Vigipirate rouge « pour rétablir l’ordre public » et forcer les bagagistes en grève de chez CBS à reprendre le travail sous la menace de six mois de prison (le Nouvel Observateur, 6 octobre 2005). Il avait déclaré à l’époque que leur grève accroissait la probabilité d’une attaque terroriste.
La bourgeoisie française, et ses porte-parole de droite comme de gauche, se félicitent souvent, notamment depuis que George Bush est à la Maison Blanche, que, contrairement à leurs homologues américains, ils règnent de façon juste, sociale, et égalitaire. En fait ils mettent en œuvre leur propre « guerre contre le terrorisme » avec Vigipirate depuis 1991 à l’époque de la première guerre du Golfe. Lorsque Mitterrand avait envoyé des dizaines de milliers de troupes impérialistes françaises pour combattre les Irakiens au côté des USA et de la Grande-Bretagne, les jeunes issus de l’immigration maghrébine en particulier s’étaient largement opposés à cette guerre meurtrière. Le gouvernement avait réagi en lançant Vigipirate ; il s’agissait d’attiser un climat de peur et d’insécurité en visant les jeunes qui menaçaient les sacro-saintes « valeurs républicaines » et qui manifestaient de la sympathie pour les peuples d’Irak. Des bandes de flics et de soldats en armes patrouillaient dans les gares pour empêcher physiquement les jeunes de prendre part aux manifestations dans le centre de Paris.
Dès cette époque la LTF avait protesté contre Vigipirate, et expliqué que ce plan était une arme de l’Etat capitaliste pour viser dans un premier temps des personnes ayant des attaches musulmanes, pour pouvoir ensuite réprimer la classe ouvrière dans son entier. Lutte ouvrière au contraire maintient depuis 15 ans un silence complice sur Vigipirate. Maintenant LO se lamente que le métier de bagagiste soit « sur le point d’être interdit aux musulmans » (Lutte ouvrière, 3 novembre), mais leur refus constant de s’opposer à Vigipirate est le genre de capitulation à la campagne « antiterroriste » qui a pavé la voie à l’attaque actuelle à Roissy.
Dix ans après la première guerre du Golfe, avec le 11 septembre 2001, les dirigeants français ont eu de nouveaux prétextes pour accroître les pouvoirs de la police. Comme le souligne une déclaration intersyndicale à Roissy : « L’Etat et les directions d’entreprises se sont servis du 11 septembre 2001 pour revenir sur les droits et les libertés individuelles des salariés travaillant en zone réservée » (« Nous sommes tous concernés », 27 novembre). Un syndicaliste SUD faisait remarquer : « Depuis [le 11-Septembre], on a créé un Patriot Act sur l’aéroport » (Libération, 10 novembre) ; il faisait référence à la loi « antiterroriste » aux USA introduite à la suite de l’attaque criminelle contre le World Trade Center et de l’attaque contre le Pentagone. Didier Frassin, de la CGT, disait la même chose lors d’une récente interview où il souligne l’impact de la loi sur la sécurité quotidienne (LSQ), introduite tout juste un mois après le 11-Septembre, et qui « facilite l’attitude du préfet de Seine-Saint-Denis et mène à des aberrations » (l’Humanité Dimanche, 23-29 novembre).
Buffet Royal en 2007 : c’est les ouvriers et les jeunes des banlieues qui vont déguster !
Le nombre de travailleurs de l’aéroport concernés parle pour lui-même : ce ne sont pas là des « aberrations ». Pour les patrons et leur Etat, la règle c’est l’intimidation et la répression. Peut-être que Frassin est un peu mal à l’aise parce que cette LSQ avait été introduite par le gouvernement Jospin-Buffet-Royal de « gauche plurielle » qui, comme tous les gouvernements capitalistes dans le monde, avait cherché à tirer parti de l’hystérie antiterroriste après le 11-Septembre pour serrer la vis à l’ensemble de la population. Mais les bureaucrates syndicaux, au nom de l’« unité nationale » et de la loyauté envers leur gouvernement de front populaire, avaient laissé voter cette loi sans protester.
Le passage de la LSQ sous Jospin n’est qu’un exemple de comment un gouvernement de front populaire paralyse les luttes ouvrières. Nous nous opposons inconditionnellement et par avance à tout vote et tout soutien, au premier ou au deuxième tour, à une telle alliance qui va du PS et du PC à des bourgeois soi-disant de gauche comme les Verts, les chevènementistes, etc. Ce n’est pas le cas des organisations réformistes, qui se préparent à dire à la classe ouvrière de voter au deuxième tour pour la candidate du front populaire, Ségolène Royal, comme un « moindre mal » (pour LO, voir notre article page 7). La LCR monte en épingle son refus de participer à un gouvernement avec Royal, en opposition au PCF. Mais c’est pour dissimuler qu’ils s’apprêtent tout comme le PCF à voter Royal : cette organisation qui, ces 32 dernières années, a toujours voté pour le candidat du front populaire au deuxième tour des présidentielles (sauf en 2002 où ils ont voté Chirac), a cyniquement déclaré (voir Rouge, 16 novembre) :
« Puisqu’il faut être le plus clair possible, nous rappelons qu’il n’y a, chez nous, aucune tentation de renvoyer gauche et droite dos à dos. Virer la droite en 2007 est pour nous une mesure de salubrité publique. »
La stratégie des réformistes se limite à essayer de faire pression sur la bourgeoisie pour qu’elle fasse quelques concessions, qui peuvent être octroyées aujourd’hui mais reprises demain. Si le front populaire revient au pouvoir, il continuera, tout comme le gouvernement Jospin-Buffet avant lui, d’administrer l’Etat capitaliste raciste français et à protéger les intérêts des entreprises françaises contre leurs rivales étrangères, tout cela sur le dos des travailleurs.
A bas la « guerre contre le terrorisme » de la bourgeoisie !
Avant de donner le badge nécessaire pour travailler dans la zone réservée de Roissy, les flics épluchent maintenant cinq différentes bases de données. Si l’on y figure pour un excès de vitesse, une soirée bruyante ayant abouti à un dépôt de plainte d’un voisin, le fait de ne pas avoir payé à temps sa redevance télé ou ses impôts, même sans avoir été condamné, on ne se fait pas embaucher, ou on perd son badge lors d’un contrôle périodique. Les patrons utilisent aussi ces données pour s’immiscer dans la vie privée des travailleurs et pour imposer leur ordre moral bourgeois, comme le condamne à juste titre la déclaration intersyndicale du 27 novembre. Il y a le cas particulièrement scandaleux d’un steward homosexuel qui avait été appréhendé au Bois de Boulogne avec un prostitué, et qui a dû signifier au préfet et aux autorités aéroportuaires qu’il acceptait de voir un psychiatre et de faire un « travail sur lui-même » pour garder son emploi. Tous les travailleurs visés par les lois sécuritaires répressives de Jospin et Sarkozy doivent être réintégrés immédiatement ! A bas la croisade d’ordre moral de l’Etat !
Ce sont ceux qui administrent le système capitaliste qui perpètrent la terreur de masse et des massacres barbares, aveugles et prémédités à une échelle gigantesque. Les crimes contre l’humanité qui sont synonymes de l’impérialisme français – des massacres pendant la guerre d’Indochine à la torture en Algérie et au génocide du Rwanda – sont la marque de fabrique du capitalisme dans son agonie. Et de même les attaques des CRS contre les travailleurs en grève et les jeunes qui protestent, ainsi que les attaques contre les salaires et les conditions de travail des ouvriers, la terreur des flics et la pauvreté dans les banlieues.
Ce n’est certainement pas la première fois, ni la dernière, qu’un secteur de la classe ouvrière se fait traiter de « terroriste ». Pendant la guerre d’Algérie, sous des gouvernements de gauche comme de droite, de semblables croisades étaient monnaie courante contre la classe ouvrière multiethnique, notamment dans les grandes usines automobiles. Les travailleurs de Roissy sont visés parce que l’aéroport est stratégique pour le capitalisme français, au niveau économique et au niveau militaire, et que les patrons et leurs gouvernements comprennent très bien que ces milliers de travailleurs, avec leurs syndicats, peuvent déployer une énorme puissance sociale pour défendre leurs droits et lutter contre l’oppression.
Les capitalistes savent aussi que si les travailleurs font preuve de résistance et de solidarité de classe, cela peut devenir l’étincelle pour une lutte plus large dans le pays, notamment là où il y a encore de grandes concentrations multiethniques de travailleurs, comme dans les usines automobiles et les fabricants de pièces détachées, mais aussi dans le secteur public où des centaines de milliers d’emplois sont menacés de privatisation. A la SNCF et la Poste les patrons démantèlent les services publics en créant des unités séparées plus petites, comme Chronopost qui a une base à Roissy, afin de paver la voie à la privatisation et d’obliger les ouvriers à travailler encore plus pour un salaire plus faible. Le prochain gouvernement essaiera à nouveau d’utiliser Vigipirate, cette fois-ci contre les cheminots luttant pour défendre leurs acquis.
Le niveau de pauvreté et d’oppression raciste a considérablement augmenté, ici et dans le monde, suite à la contre-révolution capitaliste qui a eu lieu dans l’ex-Union soviétique il y a 15 ans. Cette défaite historique pour le prolétariat mondial a encouragé les impérialistes à multiplier les maraudages néocoloniaux à l’étranger et accroître l’exploitation ici. Les capitalistes d’Europe de l’Ouest, agitant le mensonge de la « mort du communisme », pensent qu’ils ont maintenant les coudées franches pour détruire les acquis de la classe ouvrière, notamment les réformes de l’« Etat-providence ». Celles-ci avaient été introduites pour essayer d’endiguer le spectre du communisme après la Deuxième Guerre mondiale, face à une classe ouvrière combative qui voulait sa vengeance du bain de sang qu’elle avait subi, et à une époque où l’autorité de l’Union soviétique avait grandi du fait qu’elle avait vaincu les nazis de Hitler. La LTF, section de la Ligue communiste internationale, a mobilisé toutes ses forces pour combattre la restauration capitaliste dans l’ex-Union soviétique, et nous continuons aujourd’hui à lutter contre les tentatives des impérialistes de restaurer le capitalisme dans les Etats ouvriers déformés restants, Cuba, le Vietnam, la Corée du Nord (voir notre article page 9) et surtout la Chine.
L’effondrement de l’Union soviétique a mené à une forte augmentation de la concurrence internationale entre les puissances impérialistes. Celles-ci, pour maintenir et accroître leur taux de profit, ce qui est indispensable dans la lutte contre leurs rivales, ont toutes sortes de méthodes, notamment d’avoir une « main-d’œuvre plus flexible » avec des plans comme le contrat nouvelle embauche ou le défunt CPE. En France notamment, le démantèlement de l’Etat-providence est considéré comme une nécessité d’airain pour l’impérialisme français, qui est bien plus faible que ses rivaux américain et même allemand.
Pour une lutte de classe contre les nouvelles attaques !
Dix sociétés seulement emploient 60 % de tous les travailleurs de l’aéroport de Roissy. Le reste travaille dans 700 entreprises sous-traitantes, où les conditions de travail sont souvent encore plus atroces. « Les jeunes des cités alentour ont été embauchés, mais il faut voir dans quelles conditions ! […] On les appelle les “dos cassés” », rapporte Didier Frassin de la CGT. Un travailleur déclare : « C’est Spartacus. Je travaille de nuit, je vois à peine ma famille. Et on nous dit que les jeunes ne veulent pas bosser ! » (l’Humanité, 27 octobre) Beaucoup de jeunes travailleurs, même quand ils sont finalement embauchés en CDI, ont souvent seulement un temps partiel ; les patrons ne veulent pas payer trop de charges sociales, et ils essaient ainsi de réduire la cohésion et la force des travailleurs. Ces derniers sont obligés de prendre un deuxième emploi pour survivre, ou de faire d’interminables heures supplémentaires. La sous-traitance a pour but de diviser la classe ouvrière, d’affaiblir les syndicats et d’empêcher des grèves unies sur l’ensemble de la plateforme. Mais les travailleurs ont leurs propres armes pour riposter : leurs intérêts de classe communs et leur solidarité dans la lutte. Ensemble, ils représentent une puissance formidable.
La confiance des bureaucrates syndicaux dans la « justice » bourgeoise ne sert qu’à démobiliser la lutte : lors d’une réunion intersyndicale appelée pour discuter des actions à prendre en défense des bagagistes, un dirigeant de la CFDT a argumenté contre une grève, et même contre une protestation immédiate, disant qu’il fallait plutôt « attend[re] de voir ce que dit la justice », plusieurs plaintes ayant été déposées contre le retrait des badges. Nous n’excluons pas de faire usage de toutes les possibilités judiciaires pour défendre ces travailleurs, mais nous n’avons pas la moindre confiance dans le système d’injustice capitaliste. Nous nous tournons au contraire vers la puissance des milliers de travailleurs unis dans la lutte. Une grève solide à Roissy en défense des bagagistes ferait rapidement réfléchir les patrons, leur préfet et leurs juges pour trouver une « solution ». On a pu avoir un avant-goût de cette puissance sociale récemment avec le CPE, où c’est la mobilisation des syndicats avec les étudiants qui a battu le gouvernement.
L’Etat n’est pas au service de la société dans son ensemble. Les exploités et les opprimés ne peuvent pas l’utiliser pour qu’il serve leurs propres intérêts. C’est une machine d’oppression de la classe ouvrière par la classe capitaliste, une machine répressive faite de soldats, de flics, de tribunaux et de prisons qui ont tous pour raison d’être de défendre la domination de classe et les profits des capitalistes contre les travailleurs. Nous disons : Flics, gardiens de prison, vigiles et agents de sécurité, hors des syndicats ! La raison d’être de l’Etat c’est d’empêcher ceux qui produisent les richesses de cette société, la classe ouvrière, d’en prendre le contrôle, et de maintenir au contraire les exploiteurs bourgeois au pouvoir. Il ne peut pas y avoir de véritable justice pour les travailleurs dans les tribunaux capitalistes. C’est ce système qui, il y a un an, a enfermé des centaines de jeunes des banlieues et qui leur a fait un casier judiciaire qui peut les consigner à un avenir de chômage. Les travailleurs doivent renverser l’Etat bourgeois et exercer leur propre domination de classe contre la résistance des capitalistes, en établissant, comme les ouvriers russes en 1917, un Etat ouvrier, la dictature du prolétariat.
Il faut rompre avec les dirigeants syndicaux traîtres !
Un exemple approprié de lutte de classe, c’est la grève d’Air France en octobre 1993 : les travailleurs ont occupé les pistes et fait grève contre le plan Attali de licenciement de 4 000 travailleurs. Le gouvernement Mitterrand-Balladur a rapidement cédé aux revendications des travailleurs de jeter ce plan à la poubelle. Il n’a pas seulement reculé parce qu’Air France perdait l’équivalent de 10 millions d’euros par jour et parce que les transporteurs étrangers menaçaient de poursuivre en justice Aéroports de Paris ; il a cédé surtout parce qu’il craignait que la grève ne s’étende à d’autres travailleurs du secteur public qui étaient aussi l’objet de suppressions d’emplois. C’est Jospin et son ministre PCF des Transports Gayssot, avec l’aide des bureaucrates syndicaux, qui a partiellement privatisé Air France cinq ans plus tard, en 1999, ouvrant la voie à la privatisation complète en 2004.
Un autre exemple de puissante mobilisation de la classe ouvrière multiethnique en lutte pour défendre ses emplois, c’était sur l’aéroport de Heathrow à Londres en 2005. Le personnel de British Airways (BA) a fait grève en défense de 6 700 travailleurs, essentiellement des femmes originaires du sous-continent indien, licenciés par Gate Gourmet, une société de catering (préparation des repas). La grève a paralysé BA et a pratiquement stoppé toute l’activité de l’un des plus grands aéroports du monde. Elle a coûté plus de 70 millions d’euros à BA, stoppé pratiquement toute sa flotte dans le monde, et semé la pagaille dans les activités de BA pendant près d’une semaine. Comme l’écrivaient nos camarades britanniques : « Ce qu’il y a d’autant plus impressionnant avec cette grève, c’est qu’elle a été entreprise en dépit des lois antisyndicales qui interdisent les grèves de solidarité avec des travailleurs d’autres entreprises, et qu’elle a été lancée en pleine hystérie “antiterroriste” du gouvernement, attisée suite aux bombardements terroristes criminels du 7 juillet » à Londres (Workers Vanguard, 2 septembre 2005). Les travailleurs de l’aéroport ont fait cette action sachant que leurs propres emplois pouvaient être les suivants, mais ils reconnaissaient que leurs intérêts et ceux de ces travailleurs du catering, surtout des femmes asiatiques, étaient les mêmes.
L’aéroport étant pratiquement arrêté et BA perdant des millions de livres, la direction syndicale a répudié les grèves en les déclarant « illégales », et les travailleurs ont repris le travail. Une fois que BA et l’aéroport avaient repris, la direction syndicale a accepté de négocier dans une position de faiblesse. Finalement certains travailleurs licenciés ont été repris, et quelques autres ont reçu des indemnités de licenciement plus élevées, mais beaucoup de travailleurs combatifs sont restés sur le carreau du fait du rôle de la bureaucratie syndicale. La grève de Heathrow, tout comme la grève d’Air France de 1993, montre que pour vaincre les attaques des capitalistes, il faut aussi une bataille contre la politique procapitaliste de la bureaucratie syndicale. Ces dirigeants traîtres cherchent en permanence à enrayer les luttes ouvrières et cherchent des « accords de partenariat », parce qu’au fond ils partagent les mêmes intérêts et les mêmes préoccupations que leur propre bourgeoisie : ils veulent que leurs « propres » capitalistes soient plus « compétitifs » que leurs rivaux étrangers.
De même que nous nous opposons à la collaboration de classes au gouvernement, nous luttons aussi contre les plans de « partenariat social » et de « dialogue social » prônés par les bureaucrates syndicaux, qui répandent le mensonge que les travailleurs et les capitalistes ont des intérêts en commun et qu’ils doivent essayer ensemble de relever les profits des patrons. Nous sommes pour une direction révolutionnaire des syndicats qui n’accepte pas les règles du jeu des patrons, ni n’avale leur hystérie raciste « antiterroriste », une direction se battant pour syndiquer les non-syndiqués, pour l’embauche en CDI de tous les précaires et pour le partage du travail entre toutes les mains sans perte de salaire. Une direction qui défende les travailleurs à la peau foncée contre la discrimination et qui exige les pleins droits de citoyenneté pour tous les immigrés, y compris en luttant contre les déportations de sans-papiers qui se chiffrent à 26 000 cette année, notamment via l’aéroport de Roissy. Dans le cadre de cette lutte nous disons : une industrie, un syndicat. La division des syndicats selon l’affiliation politique ou suivant la profession est un cadeau aux patrons qui affaiblit la force de la classe ouvrière.
A Roissy, les bureaucrates utilisent le fait qu’il y a des syndicats séparés comme couverture pour le fait qu’ils n’ont pas appelé à la grève en défense des 72 de Roissy. Ils se rejettent mutuellement la faute pour l’absence de toute décision d’action lutte de classe. Il y a eu en fait une grève le 23 octobre, appelée par la CFTC, sur la question de l’intimidation et des retraits abusifs de badges (bien que les dirigeants chauvins de la CFTC aient refusé de protester directement contre la persécution raciste des bagagistes musulmans sanctionnés). Une centaine de travailleurs d’Air France ont fait grève ce jour-là, et beaucoup ont essayé de manifester sur le tarmac, dont ils ont été refoulés par les CRS, sous la menace de se faire retirer leur propre badge s’ils essayaient de bloquer le trafic. Leur protestation aurait pu être le point de départ pour la mobilisation si nécessaire en défense de tous les travailleurs de l’aéroport persécutés, mais elle est restée isolée par les autres syndicats, notamment la CGT.
En fait cela a pris trois mois, après l’envoi des premières notifications aux bagagistes annonçant le retrait imminent de leur badge, pour que la première réunion intersyndicale se tienne sur l’aéroport le 7 novembre. Cette réunion a rassemblé les six principaux syndicats opérant à Roissy (CFDT, CFTC, CGT, FO, SUD et UNSA), et elle a décidé d’avoir une autre réunion et de produire un tract, et d’envoyer une délégation syndicale rendre visite au ministre bourgeois Azouz Begag et au préfet de Seine-Saint-Denis. Après la réunion, Sylvain Chazal, dirigeant de l’UNSA, a déclaré : « L’idée n’est pas de lancer une grève qui ne sera pas suivie. Le sujet est très délicat et nous savons qu’il y a à Roissy des vrais problèmes de sécurité. » Et la CGT a couvert son propre refus d’appeler à l’action promise, en se plaignant : « Si la CGT, plus gros syndicat de la plate-forme, est partante “pour une puissante journée d’action”, la CFDT prône “des formes d’actions différentes” » (déclaration de l’union locale CGT de Roissy-Charles-de-Gaulle, 8 novembre). Certains bureaucrates ont même argumenté à la réunion qu’il serait discriminatoire de protester contre l’injustice faite aux 72 de Roissy étant donné que chaque année des centaines de travailleurs se voient retirer leur badge ! La déclaration syndicale commune du 27 novembre, intitulée « Nous sommes tous concernés », capitule face à ce chauvinisme en ne mentionnant jamais le cas des bagagistes. Bien sûr, tous les travailleurs de Roissy sont visés dans cette affaire, mais de faire disparaître cette offensive particulière, avec son caractère raciste patent, ne peut en réalité servir qu’à diviser davantage les travailleurs.
Finalement les syndicats ont appelé à une manifestation le 14 décembre à la station RER de Roissy 1 contre la discrimination et les abus sécuritaires. Mais aucun appel à la grève ne couvrait les travailleurs qui voulaient prendre part à l’action, et seulement 250 personnes y ont pris part. Pourtant, les travailleurs peuvent être mobilisés contre la discrimination raciste : il y a eu cet automne une grève combative dans la blanchisserie industrielle Modeluxe en région parisienne, pour obtenir la régularisation des collègues sans-papiers.
L’obstacle n’est pas le manque de combativité : c’est une question politique, à laquelle les bureaucrates syndicaux ne peuvent pas toucher sérieusement. La lutte pour les sans-papiers est acceptable pour les républicains bourgeois « de gauche » que courtisent les réformistes, car elle est compatible avec les déclarations sur la France « pays des droits de l’homme » et « terre d’asile ». Mais lutter contre l’oppression des travailleurs et des jeunes de banlieue, dont la plupart ont des papiers français, exige de confronter l’oppression raciale, enracinée dans le capitalisme français, contre toute une couche du prolétariat dont les parents ou les grands-parents sont venus du Maghreb et d’Afrique noire.
Les jeunes des banlieues croient à juste titre qu’ils doivent avoir les mêmes droits que les autres Français, et ils résistent aux tentatives de les faire travailler pour les salaires et conditions de travail qui sont le lot des travailleurs sans-papiers. Ces jeunes subissent de façon disproportionnée le chômage, la précarité et la discrimination à tous les niveaux. En d’autres termes, ce n’est pas seulement une question de droits démocratiques. Cela pose la nécessité d’un programme de transition : syndiquer les non-syndiqués, lutter pour des emplois décents pour tous en répartissant les emplois entre toutes les mains sans perte de salaire. Cela pose la nécessité de lutter pour renverser par la révolution socialiste le système capitaliste pourrissant. Les travailleurs ont besoin pour cela d’un parti ouvrier multiethnique d’avant-garde, un parti comme le parti bolchévique de Lénine. C’est pour cela que nous luttons.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/178/roissy.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

Le parti Batasuna interdit en Espagne - A bas la répression contre les nationalistes basques ! (2002)

Le parti Batasuna interdit en Espagne
A bas la répression contre les nationalistes basques !
Reproduit du Bolchévik n° 161, automne 2002
Paris, le 16 septembre – Le gouvernement s’est saisi de la « guerre contre le terrorisme » de l’après-11 septembre pour chercher à en finir à jamais avec les nationalistes basques. Le 26 août, le juge espagnol Baltasar Garzón a ordonné la suspension pour trois ans de Batasuna, un parti politique qui obtient aux élections plus de 10 % des voix dans le Pays basque espagnol, où il a des bureaux ainsi que des amicales, des tavernes et des représentants officiels dans la plupart des villes. Le même jour le parlement espagnol votait à une majorité écrasante une motion demandant que la Cour suprême interdise Batasuna. Avec la récente loi « antiterroriste » qui a été votée en Espagne, cela signifie une mise hors la loi totale et définitive de Batasuna, la première interdiction d’une organisation politique depuis la fin de la dictature de Franco en 1975. Et c'est une mesure qualitative vers l’interdiction de toute organisation prônant l’indépendance basque.
La même nuit, la police locale, l'ertzaintza tant haïe, commençait à faire des descentes sur les locaux publics de Batasuna dans des dizaines de villes basques et les fermait. Sur les ordres de Garzón (qui est devenu l’enfant chéri de la pseudo-gauche avec ses enquêtes sur l’ancien dictateur chilien Pinochet), l’Etat a déjà gelé les comptes bancaires de Batasuna, cherchant à lui soutirer 24 millions d’euros. Cette somme est soi-disant destinée à payer les dégâts causés dans les batailles de rue au moment des attaques de la police contre les jeunes dans le Pays basque. Il y a eu des protestations des deux côtés de la frontière franco-espagnole contre l’interdiction. Les 7 et 8 septembre, des milliers de personnes ont défié l’interdiction espagnole des manifestations pro-Batasuna, et sont descendues dans les rues à Bilbao et San Sebastián. Et il y a deux jours, 50 000 personnes ont protesté à Bilbao malgré la répression. Le prolétariat, particulièrement en Espagne et en France, a l’urgent devoir de se mobiliser contre cette sinistre interdiction, qui non seulement vise les nationalistes basques radicaux mais qui prépare aussi le terrain à la répression de toute opposition politique des ouvriers ou des jeunes. A bas l’interdiction de Batasuna ! Liberté immédiate pour les centaines de nationalistes basques emprisonnés, dont certains sont enfermés depuis des années et des années en Espagne et en France !
L’obstacle à une telle mobilisation ce sont les traîtres sociaux-démocrates du mouvement ouvrier : en Espagne, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) a voté avec enthousiasme pour l’interdiction, et les ex-staliniens de l’Izquierda Unida (Gauche unie) se sont abstenus. En France le gouvernement précédent dirigé par le Parti socialiste (PS) et le Parti communiste (PCF) procédait couramment à des arrestations et des déportations de nationalistes basques vers l’Espagne. Par exemple, le 15 septembre 2000, une opération conjointe entre les polices française et espagnole sur le territoire français s’est terminée par l’arrestation de Ignacio Gracia Arregui, un dirigeant présumé de l’organisation séparatiste basque ETA (voir « Libération immédiate de tous les nationalistes basques ! », le Bolchévik n° 154, automne 2000). Dans les années 1980, sous le président socialiste Mitterrand, la police française collaborait avec le gouvernement PSOE et ses escadrons de la mort, les Grupos Antiterroristas de Liberación (GAL), qui opéraient même en France. Plus récemment, deux dirigeants de l’ETA, Juan Antonio Olarra Guribi et Ainhoa Mugica, ont été arrêtés aujourd’hui près de Bordeaux dans une opération conjointe des polices française et espagnole. Nous avons fermement dénoncé ces arrestations, meurtres et expulsions ainsi que les multiples attaques en France contre les langues minoritaires. En tant qu’internationalistes prolétariens, nous défendons le droit à l’autodétermination du peuple basque, au nord et au sud des Pyrénées (et si les frontières sacrées de « la République française une et indivisible » doivent être changées, qu’elles le soient !)
Le prétexte immédiat à l’accroissement massif de la répression d’Etat contre les nationalistes basques en Espagne a été un attentat à la bombe mené le 4 août à Santa Paola, près d’Alicante, contre une caserne de la Guardia Civil (police militaire), lors duquel deux personnes ont été tuées, dont une fillette de 4 ans. Le gouvernement et les médias bourgeois se sont empressés d’accuser l’ETA d’être responsable de cette attaque. Quand Batasuna a refusé de clairement condamner l’attaque, le gouvernement s’est mis à interdire le parti. L’ETA a souvent pris pour cible des flics, des juges, des capitalistes ou des idéologues bourgeois. Tout en défendant l’ETA contre la vague actuelle de répression d’Etat, les marxistes s’opposent à la stratégie petite-bourgeoise désespérée du terrorisme individuel, qui est un obstacle à une lutte de classe prolétarienne et internationaliste : l’élimination d’oppresseurs individuels ne résoud pas la question fondamentale de balayer le système capitaliste lui-même, ce qui nécessite des luttes collectives des masses ouvrières. De plus, lorsqu’une cible militaire est touchée, d’autres personnes peuvent être tuées également, comme à Santa Paola. L’effroyable mort de la fillette a été une aubaine pour l’Etat espagnol pour rallier à « l’union sacrée », y compris des ouvriers, derrière le chauvinisme espagnol anti-basque.
L’Etat espagnol utilise le chauvinisme anti-basque aussi bien que le racisme anti-immigrés pour diviser et affaiblir la classe ouvrière. Il y a deux ans, le gouvernement a provoqué les pogromes de El Ejido contre des ouvriers agricoles marocains. Ces dernières années, des centaines de Maghrébins se sont noyés en essayant de traverser le détroit de Gilbraltar pour atteindre la forteresse Europe. Maintenant le gouvernement essaie de dresser les immigrés maghrébins contre les immigrés d’Europe de l’Est. Comme nous l’avons affirmé dans notre récente déclaration de la LCI (voir le Bolchévik n° 160, été 2002) : « Ouvriers de tous les pays, unissez-vous ! La guerre de l’Europe capitaliste contre les immigrés est une guerre contre tous les ouvriers – Pleins droits de citoyenneté pour tous les immigrés ! Halte aux expulsions ! »
Depuis l’attaque totalement criminelle contre le World Trade Center il y a un an, la « guerre contre le terrorisme » est le mot de code dans le monde entier, non seulement pour un massacre bien plus énorme dirigé par les USA contre l’Afghanistan, mais aussi pour une colossale escalade de la terreur policière sur le plan interne, qui vise particulièrement les immigrés. En France, nous nous sommes opposés à la campagne policière de Vigipirate dès le moment où l’ex-gouvernement PS/PCF l’a remise en place. Le 25 août, la veille même de l’interdiction de Batasuna, le nouveau gouvernement de droite expulsait vers l’Italie Paolo Persichetti, un ancien militant radical de l’UCC (Union des communistes combattants). Environ 150 militants de gauche italiens qui sont réfugiés en France craignent maintenant d'être expulsés vers l’Italie et ses lois contre les supposés terroristes. Liberté pour Persichetti ! Non aux expulsions !
Le gouvernement Chirac veut rapidement incorporer dans la législation française les nouvelles mesures draconiennes de l’Union européenne qui criminalisent potentiellement toute activité politique. D’après ces règles, des grévistes s’emparant des installations de transport ou coupant l’électricité pourraient être poursuivis comme « terroristes », de même que toute personne « encourageant ou soutenant un groupe terroriste ». Le gouvernement espagnol veut ajouter Batasuna à la liste européenne des organisations terroristes, ce qui signifierait automatiquement son interdiction en France, et ceci inquiète le gouvernement qui craint que l’agitation sur la question basque déborde de plus en plus sur la France.
Le droit à l’autodétermination du peuple basque, c’est-à-dire le droit de se séparer, est une question clé en Espagne et en France. Nous exigeons : A bas l’interdiction de Batasuna ! Défense du droit à l’indépendance du peuple basque, au sud et au nord ! Pour des partis trotskystes en Espagne et en France, sections d’une Quatrième Internationale reforgée !
http://www.icl-fi.org/francais/oldsite/Basque161.HTM
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

SYSTÈME DE TRADING EFFICACE en 5️⃣ ÉTAPES 👀 (EXEMPLE ... Trading Discrétionnaire VS Trading de Système + Bonus Algo! Comment faire du trading automatique sur le forex ? Conception d'un système de trading automatique et ... Trading automatique : les 5 erreurs à ne pas faire

Créer un système de trading automatique en 7 étapes. Si vous avez déjà une idée de la stratégie que vous souhaitez adopter, vous pouvez vous rendre directement à l'étape 4 où nous proposons un mode de création de code sans devoir programmer. Pourquoi Optimiser son Trading Automatique MT4. Un système de trading ne peut pas être conforme 100% du temps avec les conditions du marché Forex ou même du marché Boursier CFD. C'est pourquoi il est possible d'optimiser le logiciel de trading automatisé ! Le logiciel trading gratuit MetaTrader est idéal pour une optimisation. Un système de trading automatique a un avantage indiscutable, c’est qu’il est automatique. Pourtant, il y a des éléments essentiels pour gagner et faire en sorte que son système fonctionne, et soit rentable durablement. Définir le risque pris par la stratégie. Un système de trading automatique a ceci d’extraordinaire, c’est qu’il est … automatique ;-). Oui, mais pour le mettre en place, il faut accepter certaines règles, et s’y tenir. La toute première règle, c’est de backtester sa stratégie sur une durée de plusieurs années. Un soir j’ai découvert un système de trading réellement efficace.Il utilisait un indicateur parfait, bref, le Saint Graal en Analyse Technique.Il permet de développer un système de trading parfait, qui marche tout le temps, dans toutes les conditions (en moyenne).Ce soir-là j’étais aux anges ! J’ai eu du mal à m’endormir tellement j’étais excité.

[index] [4031] [592] [748] [3196] [522] [3147] [1421] [5129] [5648] [508]

SYSTÈME DE TRADING EFFICACE en 5️⃣ ÉTAPES 👀 (EXEMPLE ...

Créez votre SYSTÈME DE TRADING en quelques étapes seulement ou Apprenez le SYSTÈME DE TRADING GRATUIT partagé dans cette vidéo ! ⬇️ PLUS D'INFOS & BONUS ⬇️ 🔎... Projet de 5e année 2018-2019 • ESILV • PI²5 https://bit.ly/2L323US L'equipe 41, s'est formée autour de l'objectif de créer un bot automatisé afin de faire d... Cette formation de trading automatique est idéale si vous souhaitez gagner de l'argent sans rien faire (juste une petite configuration qui prendra seulement quelques minutes). Cette formation de trading automatique est idéale si vous souhaitez gagner de l'argent sans rien faire (juste une petite configuration qui prendra seulement quelques minutes). Trading de Système Trading automatique Fonctionnement des marchés Comportement des marchés Comment trader les marchés Trouver la tendance Meilleurs indicateurs EURJPY DELSOL Jérémy.

http://binary-optiontrade-arab.forex-club.club